Archives de Catégorie: Guide

Les meilleures glaces de New York

Qu’on se le dise : oui, les glaces de la Grosse Pomme méritent le détour, au même titre que les gelato italiennes. Et voici pourquoi en quatre points. Attention, calories à l’horizon !

1) Le sundae de chez Ample Hills

Amples Hills

La base de ce dessert est un brownie bien riche et fort en chocolat. Par dessus, on vous conseille de demander le parfum cannelle sucrée et épicée. Sans oublier le caramel maison qui font de ce sundae l’un des préférés des gourmands initiés. Autre alternative : le PB & Bananatella. En gros, un cookie sandwich avec un cookie au beurre de cacahuète et une glace nutella-banane (oui vous avez bien lu !).

623 Vanderbilt Avenue, Brooklyn.
Plus d’infos sur amplehills.com 

2) Le « Taco » du Momofuku Milk Bar

The Momofuku Taco

Comment décrire cette adresse incontournable de New York ? Disons que c’est un coffee shop bobo, un brin trop cher, dont les spécialités maison sont tellement cultes que les recettes sont sous copyright. A savoir : le cereal milk, une boisson au goût du petit lait qui reste au fond des corn flakes et le compost cookie (un cookie traditionnel à base d’épluchures de pommes de terre, de bretzels, de chips). Et pour l’été, l’équipe déjantée de ce lieu atypique l’a fait : une glace au parfum de ceral milk prise au piège par un compost cookie. Incroyablement addictif !

Plus d’infos sur milkbarstore.com/main/stores/

3) Le sundae Cookies & Cream du Dessert Club Chikalicious

cookies

Comptez 7,95 dollars pour cette tuerie sachant que le sundae suffira à satisfaire deux estomacs ! Des vrais et gros morceaux de cookies et une crème plus onctueuse tu meurs. On en connaît certains qui payeraient un vol jusqu’à New York rien que pour le plaisir de déguster une bouchée de ce fabuleux dessert.

204 East 10th Street
Plus d’infos sur dessertclubchikalicious.com

4) Le Fat Ronny du Chelsea Market

The Fat Ronny

Fans de chocolat, ce dessert est fait pour vous ! Deux enseignes du très gourmet Chelsea Market ont décidé de s’associer pour créer un ice cream sandwich auquel il est difficile de résister. Au menu donc, les fameux brownies de la pâtisserie Fat Witch Bakery et la glace au chocolat maison de Ronnybrook Creamery’s.

75 9th Avenue, disponible dans l’une des deux enseignes.
Plus d’infos sur ronnybrookmilkbar.com/
 

Manger à New York pour 1 dollar

one dollar

Si la Grosse Pomme est l’une des villes où la vie est la plus chère dans le monde, on peut également y vivre sans le sou ou presque. Sélection de nourritures à  commander pour profiter d’un week-end pas cher à New York.

1) Pizza

Planet Green,  sur Lexington, entre 23 rd et 24th Streets, propose des parts à un dollar, plutôt bonnes et avec pas mal de fromage dessus. Serious Eats a également répertorié les tables servant ce qu’on appelle ici les dollar pizzas.

2) Pirozhki

Snack russe par excellence, le Pirozhki est une collation de forme rectangulaire à base de viande hachée, de champignons et d’oignons. On le retrouve chez de nombreux vendeurs de rues autour de Brighton Beach (Brooklyn) mais les aficionados préfèrent le déguster chez M & I International Foods, toujours dans le quartier.

3) Samosa

Pour des samosas  savoureux et pas chers, RDV chez Little Pakistan Deli Corp dans l’ East Village, ouvert 24 heures sur 24. Au menu : samosas poulet et végétariens. Le repère des oiseaux de nuit après la sortie de boîte.

4) Tamales

Typiquement mexicains, les tamales sont des petits pains de maïs, sucrés ou salés, cuits le plus souvent à la vapeur. Cette nourriture de routard par excellence peut se trouver auprès des street vendors le long de Roosevelt Avenue près de 74th Street dans Jackson Heights. On peut également acheter ces sortes de crêpes version latine à la Taqueria La Casa Del Idolo sur Corona Avenue. Vous l’aurez compris : les meilleures tamales de New York prennent leur aise dans le Queens !

5) Dumplings

L’un des snacks préférés des gourmets fauchés : les raviolis chinois. Le plus côté ? Prosperity Dumpling à Manhattan. 1 dollar contre 5 dumplings croustillants et juteux. Que demander de plus ?

6) Falafel

Oui, on peut se régaler de falafels à un dollar ! La preuve avec celui de l’enseigne Cinderella Falafel (129 2nd Avenue), certes pas imposant mais suffisant pour un gros en cas. N’oubliez pas de demander la sauce épicée avec.

7) Huîtres

A une époque, on mangeait des huîtres même chez les plus pauvres à New York. Si ce temps est désormais révolu, il est possible de se faire plaisir en mangeant pour le prix du plus petit billet américain des huîtres, oysters comme disent les Américains, au Lure Fish Bar, pendant les happy hours de 17 à 19h de ce bar à sushis situé dans Soho.

8) McDo

Une institution McDo ici sont les dollar menus, les produits de la chaîne distribués à moins d’un dollar. Ainsi, sont compris dans l’offre notamment McChicken ou encore le McDouble

New York estivale et gourmande

paletas

Votre vol jusqu’à New York est enfin terminé. Mais après avoir quitté l’aéroport, que faire dans la Grosse Pomme en plein été ?

Réponse avec une fine sélection réservée aux gourmets.

Engloutir le meilleur burger de la ville

Oublier Shake Shack et ses burgers vénérés par tout new yorkais qui se respecte. Désormais, c’est Unami Burger qui donne le ton. Véritable phénomène sur le côte Ouest, cette petite chaîne a élu domicile dans la Grosse Pomme dans le quartier de Greenwich Village. Un soulagement pour les new yorkais qui bavaient devant les 14 restaurants californiens. Ici, les serveurs sont de la partie contrairement aux traditionels fast food. Ce qui fait la différence ? La 5ème saveur, l’unami, que l’on retrouve avec les champignon, le fromage ou la viande cousine du boeuf de Kobé, très tendre donc. Comptez entre 10 et 14 dollars.

Unami Burger, 432 Avenue of the Americas (10th Street)

Plus d’infos sur www.umami.com/umami-burger

Profiter de restaurants huppés à prix cassé

Deux fois par an, c’est devenu un classique : les locaux se ruent sur les plus de 300 restaurants partenaires de la Restaurant Week, qui proposent des déjeuners et dîners complets à respectivement 25 et 38 dollars jusqu’au 16 août. Parmi nos chouchous : Tribeca Grill (dont le propriétaire est… Robert De Niro), Telepan et le Café Boulud, trois établissements haut de gamme accessibles à toutes les bourses pour une fois.

Plus d’infos sur www.nycgo.com/restaurantweek

Se rafraîchir autour d’une glace à la new yorkaise

Si les Italiens ont leur gelato, les habitants de Big Apple possèdent leurs paletas, de l’ice cream tout droit venu du Mexique. C’est Fany Gersion, de la Newyorkina et Christina Tosi, du Momofuku Milk Bar, qui sont à l’origine de ce dessert glacé revisité. Au programme donc, des saveurs particulières comme le goût du lait quand il reste un fond de corn flakes dans le bol , du caramel au lait de chèvre chocolaté ou encore un parfum crème-agrumes caillés. Trois versions qui nous font revenir avec nostalgie en enfance. Comptez 4 dollars pièce.

Plus d’infos sur milkbarstore.com

New York, cité cafféino-friendly

Café New York

Un voyage à New York est toujours synonyme de découvertes en tout genre. Et les gourmets le savent : si Starbuks a démocratisé le café avec ses plus de 13 000 points de vente à travers le pays, la Grosse Pomme est sans aucun doute la métropole occidentale où l’on déguste le meilleur petit noir (ou autre !), les meilleurs crus servis par les meilleurs baristas, loin devant Paris et ses établissements historiques qui n’ont de cafféiné que le nom. C’est pourquoi je vous propose une petite sélection de mes cafés new-yorkais coups de coeur.

Abraço

Le café le plus mignon de New York. Ce lieu minuscule est pourtant l’un des préférés des habitants de l’East Village. Ici, on prend son expresso à l’extérieur ou débout, comme à Naples. Parmi les points forts : des crus artisanaux parfaitement équilibrés à accompagner avec l’une des pâtisseries maison comme le très populaire sablé à l’olive et la pêche des baristas, toujours souriants et disponibles.

86 East et 7th Street.
Plus d’infos sur abraconyc.com

Third Rail Coffee

Un petit bijou situé dans West Village. Tout petit, ce café de poche est l’un des meilleurs de l’avis des experts locaux. Essayez leur café glacé : c’est une tuerie ! Le barista en chef, Mike Jones, est un génie du genre habitué des compétitions dédiées à une boisson qui est aujourd’hui un art à part entière.

240 Sullivan Street
Plus d’infos sur www.thirdrailcoffee.com

Culture Espresso Bar

Qui aurait cru que le quartier de Midtown, pourtant pas le plus accueillant de la ville pour les amoureux d’un New York atypique, abritait l’un des meilleurs cafés de New York ? La table centrale en bois brut attire les amateurs de petit noir bien au delà de Manhattan, fait rarissime quand on connaît la densité et la qualité des cafés à Brooklyn notamment. Malgré un nom pas franchement original, le Culture Espresso Bar séduit par son indépendance et les produits utilisés, notamment du café Heart Coffee Roasters directement livré depuis la très branchée ville de Portland. Dernier point qui fait de CEB (pour les intimes) l’une de mes adresses favorites : les donuts de chez Dough.

7 W 38 St
Plus d’infos sur www.cultureespresso.com

New York dans les étoiles (Michelin)

nycstar

Pour tout amateur de gastronomie qui se respecte, un voyage aux Etats-Unis est indispensable. Notamment à New York. C’est pourquoi je vous propose la liste exhaustive des restaurants 3 étoiles Michelin, Au nombre de 7 dans la Grosse Pomme (16 à Tokyo, 10 à Paris).

Le Bernardin

Pionnier des restaurants gastronomiques à New York, cet établissement français où le poisson est roi est considéré comme le meilleur restaurant de la ville par le guide Zagat, la référence aux Etats-Unis. Comptez 75 dollars au déjeuner.

Masa

Créé par le maître sushi Masa, formé auprès du légéndaire Ginza Sushi-ko, ce restaurant japonais propose un menu entre 450 et 600 dollars. Ici, en plus de 5 mises en bouche, d’une entrée sushi et du dessert pour compléter le tout, on déguste entre 15 et 20 plats, beaucoup à base de poissons venant tout droit du Japon. Si vous avez la chance d’accéder à l’un des 26 sièges, n’oubliez pas de contempler le sushi bar en bois d’hinoki, qui coûte la coquette somme de 60 000 dollars.

Jean-Georges
 
Fondé en 1997, ce restaurant de 70 couverts a été pensé par an ancien élève de Paul Bocuse et de Paul Haeberlin, tous deux triplement étoilés en France. La veste est de rigueur dans ce lieu dont le New York Magazine dit qu’ au cours des deux dernières décennies, aucun chef n’a n’a eu plus d’influence sur la façon dont les New-Yorkais dînent en ville ou sur la façon dont les autres chefs cuisinent. Menu du chef à 148 dollars. Carte d’été : 2 plats à 38 dollars, le supplémentaire à 19 dollars.
 
Per Se
 
D’inspiration franco-américaine, le restaurant le plus en vue de ces dernières années a été désigné comme le meilleur de la ville en 2012 par le New York Times. Deux menus uniques chaque jour, comprenant 9 plats, le tout pour 295 dollars.
 
Chef’s Table at Brooklyn Fare
 
La table la plus intéressante de la liste. Probablement parce que c’est la seule à Brooklyn et que le concept diffère ici : seulement 18 couverts, en face du chef, avec un menu à prix fixe (225 dollars) qui consiste en une vingtaine de petites assiettes. Ici, pas de serveurs. A noter qu’il faut réserver au moins 6 semaines à l’avance pour décrocher une table. Uniquement le soir.
 
Boulud
 
Le chef Daniel Boulud est une référence aux Etats-Unis. Passé par les maisons de  Roger Vergé, Georges Blanc ou encore Michel Guérard, on l’a récemment aperçu dans Masterchef en France. Une établissement de cuisine à la française avec terrines et autres plats truffés. Comptez 133 dollars pour l’early supper (servi entre 17h30 et 18h) vins compris. 116 dollars au dîner
 
Eleven Madison Park 
 
D’inspiration française, l’Eleven Madison Park se veut moderne. Classé 5ème dans le classement 2013 des 50 meilleurs restaurants du monde, cette table de 80 sièges fonctionne avec un système non traditionnel : pas de menu à la carte mais une liste de 16 ingrédients choisis ou non par le client et qui seront travaillés par l’équipe en cuisine en fonction du choix des convives. Comptez 195 dollars pour un menu qui fait la part belle aux produits régionaux.
 
 

Vivre à New York, vivre à Paris : le comparatif

Illustration ©Vahram Muratyan

J’aime autant Paris que New York. Ou pas. Mais choisir l’une des deux villes est tellement subjectif : trop de critères entrent en jeu. C’est pourquoi vous trouverez, outre mon avis personnel, quelques chiffres ci-dessous.  Bonne lecture !

  • Coût de la vie : égalité

Soyons clairs : New York comme Paris ne sont pas des villes bon marché. Si on s’en réfère à l’étude du cabinet Mercer publiée juin dernier, la vie parisienne est plus onéreuse que dans la métropole américaine (Paris et New York sont respectivement les 27 ème et 33 ème villes les plus coûteuses dans le monde, loin derrière Tokyo). Si le logement et l’éducation et les frais médicaux restent des postes de dépenses très élevés  à New York, d’autres comme les restaurants et les bars sont plus abordables. D’autant qu’avec un euro à 1,31 dollar, nous sommes avantagés. Pour indication, quelques prix ci-dessous, relevés grâce au site Numbeo. A noter que les salaires sont clairement plus importants à New York en moyenne. Enfin soulignons que les new-yorkais sont largement plus productifs que les parisiens : 73 300 dollars en PIB/habitant contre 56 900 pour Paris.

  • Les habitants : avantage New York

Tous les Américains vous le diront : les new-yorkais sont snobs, hautains et centrés uniquement sur leur ville. Marrant puisque la moitié de la France vous dira la même chose des parisiens. Pourtant, après plusieurs mois dans la Grosse Pomme, je pense sincèrement que les locaux  de la Grosse Pomme sont plus avenants, plus ouverts et sympathiques. Mais n’oubliez pas : s’il est aisé de rencontrer des tas de gens, se faire de vrais amis est autrement plus compliqué. A titre personnel, je préfère encore les hipsters aux bobos parisiens. Et qu’on se le dise : la parisienne est un mythe, n’en déplaise à Inès de la Fressange !

  • Vie nocturne : avantage New York

Aussi étonnant que cela puisse paraître,  Paris possède plus de salles de concert que New York (j’exclus les grandes infrastructures comme le Carnegie Hall par exemple), ce qui a pour conséquence un volume de concerts plus important à l’année. En revanche, les new-yorkais étant très férus de théâtre, la Grosse Pomme ne laisse que des miettes à Paris avec près du double de représentations chaque année. Il faut dire que les théâtres de Broadway, productivité américaine oblige, tournent à plein régime. Idem du côté de la danse, avec 6 292 spectacles donnés chaque année contre 3 172 à Paris.  Sans parler des boîtes de nuit et club où danser : 584 à New York, 190 à Paris. Concernant les bars, Paris en compte 30 pour 100 000 habitants, New York 88. Pas anormal quand on sait que la métropole est à l’origine du Cosmopolitan, du Bloody Mary et du Manhattan. Et a remis au goût du jour les speakeasies, ces bars clandestins et secrets ouverts pendant la Prohibition. Dernière chose : que vous soyez plutôt pub irlandais, club anglais feutré ou lieux atypiques, New York est faite pour vous. Comparez le prix des vols Paris-New York et réservez vos billets au plus vite pour une vie nocturne digne de ce nom !

  • Restaurants : avantage New York

Sujet très délicat s’il en est. Paris compte 97 restaurants étoilés dont 10 trois étoiles, New York 66 étoiles et 7 trois étoiles. La ville Lumière est certes la capitale mondiale de la gastronomie (encore que ce titre devrait techniquement être décerné à Tokyo). On compte ainsi 189 restaurants pour 100 000 habitants à Paris, contre 295 à New York. En termes de variété, Paname ne peut rivaliser : cantines iraniennes, grandes tables éthiopiennes, snacks tadjiks, cuisine de Sierra Leone… Quand on sait que plus du tiers des habitants sont nés à l’étranger à New York, contre à peine plus de 10% à Paris, le calcul est vite fait. Sans compter que c’est aujourd’hui la Grosse Pomme qui donne le tempo des tendances culinaires : bagel, cupcake, whoopie pie, food trucks, retour en vogue des beignets… Vous n’êtes même pas obligé de payer 12 euros pour manger un vrai burger et vous pouvez tout à fait commander des spécialités colombiennes à  4h du matin. Fin du débat !

  • Cinémas : avantage Paris

Les cinémas parisiens accueillent 6 fois plus de films étrangers que les salles new-yorkaises.  Enfin, une donnée étonnante que j’ai déniché : la part de personnes travaillant dans les industries créatives est légèrement plus élevée à Paris. New York héberge cependant plus de tournages que Paris avec 250 longs métrages par an. Sans compter les séries.  D’ailleurs, qui n’a jamais vu un panneau « film set ». Ou comment tomber sur Tobey McGuire en se baladant dans la rue pour aller chercher du lait. La Ville Lumière est incontestablement LA capitale mondiale du cinéma : 302 contre 117 à New York. J’ai d’ailleurs écumé une grande partie des salles parisiennes avec ma carte UGC Illimitée.  Outre les cinémas, Paris possède le Forum des Images et la Cinémathèque, qui participent au rayonnement de la ville. Et pour ceux qui argumenteraient en parlant des séries new-yorkaises, j’ai un contre-argument de choc ultime : oui Sex and The City, Seinfield, Law and Order, Gossip Girl … ont été tournés à New York mais Paris a été la 1ère capitale à inaugurer un festival de séries (Séries Mania), avec séances gratuites au cinéma pour aller découvrir des avant-première (la saison 2 Games of Thrones diffusée quelques jours seulement après son passage sur les écrans américains) et des bijoux inconnus ou presque (The Slap, une mini-série australienne ou encore Hatufim, série israélienne qui a inspiré Homeland).  Enfin, avec 190 festivals dédiés contre 57 à New York, Paris enterre définitivement sa cousine américaine.

  • Musées : avantage Paris

Bon d’accord, il y a le Louvre. Et le Centre Pompidou. Mais New York rivalise avec le MET et le MoMA.  Paris, avec 137 musées en compte 6 de plus que sa cousine d’Outre Atlantique. Pas de quoi fanfaronner. Si Paris est un musée à ciel ouvert, New York attire près de 50 millions de touristes chaque année. Quant au patrimoine mondial de l’UNESCO, 4 lieux classés contre un pour la cité de la statue de la Liberté. Si les deux villes organisent l’une comme l’autre d’importants évènements dédiés à l’art contemporain (respectivement la FIAC et l’Armory Show), Paris compte 1 046 galeries d’art, contre 721 pour New York. Allez, soyons fair-play : léger avantage à la capitale de l’Hexagone.

  • Jardins et parcs : avantage New York

Un seul mot (ou plutôt deux) suffit : Central Park. Fin de la discussion. Les détracteurs frenchies rétorqueront que les jardins à la française n’ont pas d’équivalent : certes le jardin des Tuileries et du Luxembourg participent au charme de la ville. Mais n’oubliez pas : Central Park. Et puis, pour la leçon chiffrée : New York est couverte à 15% de verdure, contre 9% pour Paris.

  • Sécurité : avantage New York

New York compte 1 300 cas de délinquance pour 100 000 habitants, Paris 2000. Les taux d’élucidation des affaires est de 51% pour les policiers new-yorkais, contre 38% pour leurs homologues parisiens. Qu’on se le dise : New York est la métropole la plus sûre du monde. A noter néanmoins que vous avez quand même plus de chances d’être victime d’un cambriolage dans le Grosse Pomme qu’à Panam.

  • Libraires et bibliothèques : avantage Paris

Le doute n’est pas permis : Paris est bien la capitale de la littérature. Plutôt que de se remémorer les innombrables écrivains que la ville a inspiré (et hébergé !), jugez plutôt ces chiffres : 1 025 librairies dont 282 d’occasion et de livres rares. Les bibliothèques accentuent  la domination parisienne : 220 à New York, 830 à Paris. Outre la BNF, fierté nationale, la Ville Lumière possède d’excellentes bibliothèques spécialisées : l’Heure Joyeuse pour la littérature jeunesse, la BiLiPo pour les littératures policières, les bibliothèques du Tourisme et des Voyages, la bibliothèque François Truffaut consacrée au 7ème art.

  • Shopping : égalité

D’après une étude britannique publiée en 2011 par le Centre of Retail Research, les Mecques du Shopping, après Londres et Tokyo sont New York et Paris. Si la culture populaire retient New York comme capitale mondiale du shopping, Paris a de nombreux atouts. Certains quartiers comme le Marais ou le St Germain des Près sont envahis par les boutiques de créateurs. Sans mentionner que les grandes griffes de luxe françaises y possèdent leurs plus belles boutiques comme le flagship de Louis Vuitton sur les Champs-Elysées. La récente montée en puissance des hipsters a fait de Brooklyn  la Mecque du shopping alternatif et indépendant. Dur de choisir.  Surtout si on élargit le secteur à biens non textiles et qu’on regarde de plus près les marchés. Paris en possède 2 124 contre 100 pour New York. Si Paris reste votre choix de cœur,  faites quand même un tour à New York un de ces jours. Pour réserver un billet d’avion pas cher, passez par ZenVoyages.com.

Les meilleurs boutique hôtels de New York

Si New York ne manque pas d’hôtels avec 50 millions de touristes chaque année, il serait dommage de ne pas profiter pleinement de votre séjour dans un nid douillet. Loin de la standardisation des chaînes hôtelières internationales, laissez-vous tenter par le charme discret des boutiques hôtels. Ces établissements indépendants  proposent un cadre design, un style et une personnalité propre ainsi qu’un personnel aux petits oignons qui feront de vous non plus un client mais un véritable invité. Revue de six d’entre eux avec notre partenaire Holidacheck.

  • Chambers Hotel

Situé  à Midtown, à deux pas de Central Park, cet hôtel cosy de 72 chambres met l’art à l’honneur. 500 œuvres d’artistes connus ou émergents peuplent ainsi l’ensemble de l’établissement. Les suites ont une impressionnante vue sur la skyline de Manhattan. Profitez du room service géré par « Ma Peche » le restaurant maison dont le chef n’est autre que le médiatique David Chang. Pour des idées de sorties, n’hésitez à demander au concierge qui connait la ville comme sa poche. Enfin, n’oubliez pas de jeter un œil au blog de l’hôtel, alimenté régulièrement par des billets sur l’art local. A partir de 250 euros la nuit.

Plus d’infos sur chambershotel.com

  • The James Soho

Consacré par les lecteurs du magazine Condé Nast Traveller en octobre dernier et régulièrement encensé par la presse, le James Soho est niché au cœur de l’un centres artistiques de la ville.L’hôtel lui-même n’est pas en reste avec un mur à l’entrée entièrement décoré de touches de claviers d’ordinateurs, des couloirs, ascenseurs  et un lobby qui valent le détour. Mais ce qui fait le charme du James Soho, c’est son rooftop bar avec des cocktails artisanaux et une superbe vue sur le pont de Brooklyn. A partir de 250 euros la nuit.

Plus d’infos sur www.jameshotels.com/new-york

  • Ace Hotel

 

Au nord du Madison Square Park et proche du Theather District, cet établissement bohème et branché revendique son  attachement au street art, que l’on peut apercevoir un peu partout dans les chambres et les couloirs avec des centaines de stickers et graffitis.  Les DJ les plus en vogue viennent mixer ici. Raison de plus pour y séjourner ? L’Ace Hotel est tellement adoré par ses locataires qu’une dizaine d’entre eux ont décidé d’y vivre… à l’année !  A partir de 130 euros.

Plus d’infos sur www.acehotel.com/newyork

  • The Marcel At Gramercy

 

Le Marcel, comme on le surnomme ici, a réussi quelque chose de peu commun à New York : se sentir comme chez soi. Peut-être est-ce dû à l’ambiance zébrée, zen et feutrée des chambres ? De nuit, ne manquez pas le Polar Lounge, où le gratin des médias vient se relaxer autour d’une coupe de champagne. A partir de 140 euros la nuit.

  • Hotel le Bleu

Direction Brooklyn pour cet hôtel ultra-design aux 48 luxueuses chambres toutes de bleue vêtues. L’équipe en place cultive ici une réelle différence avec Manhattan : wifi, petit déjeuner, mini bar et films… gratuits. Des films arty sont même projetés sur la façade de la structure en verre imaginée par l’architecte colombien Andres Escobar. Après avoir délaissé votre chambre, partez à la découverte des librairies et boutiques alternatives, épiceries bio et cantines branchées de Park Slope non sans avoir flâné dans le Central Park local, Prospect Park. En soirée, filez sur le toit pour une fête improvisée, avec vue directe sur la Statue de la Liberté s’il vous plaît. Un établissement dont le New York Times a fait son chouchou. A partir de 130 euros.

Plus d’infos sur www.hotellebleu.com

  • Soho House

 

Situé dans Meatpacking District, où des dizaines de bouchers officiaient avant que le quartier n’attire les plus branchés des new yorkais, le Soho Hotel est un club strictement privé. Pas d’inquiétude cependant : vous pourrez y séjourner au titre de membre temporaire. Les intérieurs en bois brut, très lofts dans leur aménagement, sont ultra chaleureux. Le service de conciergerie sans interruption, le spa magnifique et l’incroyable vue sur l’Hudson River depuis la piscine sur le toit compléteront le tableau. Le genre de lieu à la fois rustique et contemporain dont on ne veut définitivement plus se séparer. A partir de 220 euros.

Plus d’infos sur www.sohohouseny.com

Le street art à New York

Le street art, ou art urbain en bon français est une discipline qui mérite vraiment, dès votre billet d’avion pour la Grosse Pomme réservé, de s’y attarder. D’autant plus que New York est, à juste titre, considérée comme  » la Mecque du street art ».

Lire la suite

Nouveau guide en librairie : New York l’Essentiel

Connaissez-vous New York l’Essentiel ? Ce mini guide vendu 7 euros est un concentré d’adresses classiques et originales.

J’ai ainsi pu découvrir la Delegates Dining Room, cantine des Nations-Unies ouverte au public, où vous croiserez au déjeuner tout un tas de diplomates  venus profiter du buffet à 27 dollars (sur réservation uniquement, veste obligatoire pour les hommes, jeans et baskets interdits).

Ou encore McNally Jackson Books, une excellente librairie indépendante à Soho, qui, non contente d’héberger un café très sympa, propose également wifi gratuit, très belle sélection de magazines du monde entier ainsi que l’Expresso Book Machine, un drôle d’engin capable d’imprimer n’importe quel livre ou presque en quelques minutes seulement.

A l’origine de ce guide, Charlotte Le Grix de la Salle. Cette jeune femme est journaliste et a été pendant 10 ans présentatrice pour Canal +, i-Télé ou encore 13ème Rue. En 2009, elle s’installe dans la Grosse Pomme et rejoint France-Amérique en tant que rédactrice en chef (c’est d’ailleurs grâce à elle que je suis devenu chroniqueur pour la version web du magazine). Depuis peu, elle anime la collection documentaire « 21ème siècle » produite par l’ONU et TV5 Monde.

On retrouve également des mini-interviews de personnalités new-yorkaises telles que Norisol Ferrari, créatrice de manteaux ou encore Kyle Anderson, coach et joueur de football américain.

Un guide de poche de 160 pages parfait pour découvrir la ville en quelques jours,  avec un bon plan par page qui met en valeur les adresses sélectionnées à travers un aspect particulier : le plus studieux, le plus vertigineux, le plus avant-gardiste…

Si vous souhaitez découvrir quelques pages de New York l’Essentiel, cliquez ICI.

Les 40 meilleurs guides de voyage sur New York

Sélection de guides de voyage sur New York, en français et en anglais.

1) Le plus populaire : le guide du Routard

C’est le réflexe du touriste depuis 1973. Si le guide du Routard s’est boboïsé d’année en année, il reste une valeur sûre même si l’on peut regretter ce ton impertinent qui faisait ses beaux jours. Dans la version 2012, chose appréciable, un livret est entièrement dédié à Brooklyn. 12,90 €.

2) Le plus luxueux : le guide Louis Vuitton

La maison Louis Vuitton édite depuis quelques temps déjà des guides correspondants aux villes où sont situées ses boutiques. J’aime beaucoup ce guide, d’une part sur la forme avec une belle reliure mais également sur le fond avec des adresses de qualité et un un très bon phrasé. 25 €.

3) Le plus étudiant: Inside New York City

Quand des étudiants de plusieurs facs new-yorkaises décident d’arpenter la ville et de regrouper leurs adresses, cela donne un superbe guide, Inside New York City. Géré par les éditions de l’université de Columbia, on y trouve 600 critiques de restos, bars, clubs et galeries, théâtres et boutiques. 18,95 $.

Lire la suite